Avec la crise politique qui secoue l’Italie ou les menaces de guerre commerciale entre l’UE et les États-Unis, on en oublierait presque la négociation du Brexit. Pourtant, elle ne va pas non plus très fort. Et à moins de dix mois du jour J du divorce, les Européens s’alarment, tant la discussion avec Londres a viré ces dernières semaines au dialogue de sourds.

Les plans britanniques pour la relation future avec l’Union ou pour éviter le retour d’une frontière avec la République d’Irlande, condition sine qua non de l’accord de divorce ? « Ils sont fantaisistes », a asséné, à bout de patience, un officiel européen en fin de semaine dernière, à l’issue de trois jours de discussions avec les Britanniques, manifestement inutiles.

Les négociateurs n’ont pas non plus avancé sur des sujets tout aussi cruciaux, comme la coopération future en matière de défense, de sécurité, de justice ou d’échange de données.

Partager cette page sur :